Au Cameroun, la mode et le mannequinat sont à une période de pleins essors mais toujours dans un système embryonnaire.

Etre mannequin professionnel relève d’un défi presque surnaturel. Entre condition d’intégration pas très souvent catholique et les conditions de travaille généralement décourageantes, faire du mannequinat sa passion est presqu’une utopie.

Mais pourtant ils sont nombreux ces mannequins camerounais qui parviennent à vivre de leur savoir faire et on peu citer Valérie Ayena, Fredy Endang, Fredy Manyongo, Cédric Mpecassa et bien d’autres.

Pour certains il faut avoir la chance d’être reconnue à l’échelle international pour tenir le coup. Et pour d’autres il faut faire un sacrifice

Quoi qu’il en soit le mannequinat est un beau métier et comme tous les autres pour y réussir il faut s’armer de patience et de positivisme. La route sera certes longue mais le résultat en vaux la peine.

Je suis certaine qu’à un moment donné, ils ont tous voulu abandonné, entre suspecté d’homosexualité et de prostitution, ces mannequins qui ne demandent qu’à faire ce qu’ils aiment ont généralement du mal à sortir des sentiers battus.

Certains parents s’opposent toujours à ce que leurs enfants face de ce métier un plan de carrière.

S’il tel est le cas pour les mannequins classique, qu’en sera t’il si le mannequinat petite taille venait à sortir de l’ombre au Cameroun ?

Tout peut encore changé. Ce n’est forcément pas mon plan de carrière mais c’est certainement celui de plusieurs d’entre vous qui me suivez au quotidien que vous soyez camerounais ou pas, petite de taille ou pas, de forte corpulence ou pas. Un rêve n’est pas fait pour rester dans l’imaginaire, mais pour être réalisé. Vous êtes les seules personnes à croire en vous et à vous accepter tel que vous êtes avant quiconque!!!

téléchargement

pic 4

Valerie-Ayena-Cartier-04-1024x773

fredy manyongo