maison_une-e1460369108786

Terrain-à-vendre-à-Yaoundé

Il n’existe pas une rue dans les villes du Cameroun, où n’est mentionnée « maison familiale, pas à vendre ». Dans chaque quartier aussi développé soit-il des familles ont été confrontées à ce problème.

Dans les commissariats, chaque jour, une plainte est déposée pour vente frauduleuse de terrain et dans les cours de justices, ce phénomène fait le tour des différentes instances plénières du Cameroun ; de la cours d’appelle a la cours suprême, plusieurs familles se font ruinées par des escrocs.

Pourquoi en arrive t’on là ?

Peut être parce qu’un frère, un cousin, un fils, un petit fils, une femme … égoïste a décidé de se séparer d’un héritage « familial » sans toute fois faire une concertation avec le reste de la famille. Le malheureux acheteur se retrouve ainsi coincé dans un polygone au milieu du quel son argent sera perdu. Et si ce dernier n’a pas un avocat compètent il pourrait en faire les frais dans une prison.

Le besoin de posséder un lopin de terre dans les agglomérations s’est accentué ces dix dernières années. Soit parce que des fils du pays investissent dans leur terre natale, soit parce que le toit pour soi est devenu la seule solution pour faire face aux persécutions d’un bailleur trop exigent.

Au final il devient effroyable et même dangereux d’acheter un terrain.

La solution serait peut être de rentrer construire les campagnes, sait-on jamais ! car tout bien en vente, n’est pas achetable.