Tous les camerounais, si non la plus part de ceux issues du ghetto, connaissent ou ont connu une « Ma’a Thé » !

                     Ma’a Thé ! C’est (« mami beignet/macala », « mami pain haricot », « mami corn tchaf », « mami eru », « mami coki ») cela dépend de son commerce.

                     Ma’a Thé ! C’est l’appellation la plus populaire qu’on donne à toutes ces femmes qui se sont données pour mission de nourrir les camerounais le long des journées.

                     Ce sont aussi ces mères de familles qui sous la pluie ou le soleil, dans un hangar, une tente ou tout simplement le long de la route, nous propose au quotidien de quoi manger à moindre coût.

                     Autre fois dans les marchés et les ghettos, ma’a Thé ! A pu intégrer les quartiers chics et résidentiels avec ses plats toujours succulents et appétissants.

Même si après avoir gouté son piment ou son plat de haricots, tu souffres d’indigestion chronique (dysenterie ou mauvais rituels culinaires), tu n’arrives pas à t’en passer !

                     Tu sais pourquoi ? Eh ! bien parce que le plat chez elle commence à partir de 100f, et varie jusqu’à 1000f selon le porte feuilles du client. Hum ! Quand tu es alors un « asso ! » régulier hein, elle te met beaucoup de sauce et parfois ajoute ton poisson. Ce qui est bien c’est que même quand tu es foirée, elle peut soit, te donner la tchop gratuitement, ou t’inscrire dans le carnet des prêts, tout dépend de l’ambiance que tu crées par ta présence.

                     Ce qui est alors mauvais c’est que hein ! Souvent chez mami macala, la rigole qui est proche du panier des beignets n’est pas propre ; et parfois c’est le bac à ordure qui n’est pas loin.

                     En tout cas man, quand tu as bien faim tu ne look pas ca.

                     Comme on dit par ici, ventre affamé, n’a point d’oreille ! 

beignetariats

beignets

Les-mauvaises-habitudes-alimentaires-des-camerounais-720x478